dans une déclaration devant le Conseil des droits de l’homme, GCRL appelle à mettre fin aux violations contre les défenseurs des droits de l’homme en Arabie saoudite

IMG_4203.jpg

Le Conseil de Genève pour les droits et libertés GCRL, et dans une déclaration orale commune avec l’Institut international des droits et du développement à Genève, devant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, au cours de sa 45eme session ordinaire, a dénoncé les violations commises par les autorités du Royaume d’Arabie saoudite contre des militants et des défenseurs des droits de l’homme et les restrictions imposées à l’exercice des droits fondamentaux, y compris les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion, le droit de vote et la liberté de de circulation

la déclaration a été prononcée vendredi 25 septembre 2020, dans le cadre du débat général sur le quatrième point lié aux « Situations relatives aux droits de l’homme qui requièrent l’attention du Conseil ». Dans la déclaration prononcée par la Présidente du GCRL, Mme Lamia Fadla, Le Conseil de Genève pour les droits et libertés, a évoqué la répression acharnée exercée contre les défenseurs des droits de l’homme et les militants pacifiques depuis l’arrivée au pouvoir du prince héritier Mohammed ben Salmane.

La déclaration faisait également référence à la condamnation internationale du bilan des droits de l’homme de l’Arabie saoudite, qui a été prononcé par 29 États membres des Nations Unies au cours de la session actuelle du Conseil des droits de l’homme. .

Le texte intégral de la déclaration est ci-dessous:

Merci Madame la Présidente,

Nous voudrions attirer l’attention du Conseil sur les restrictions apportées à l’exercice des droits fondamentaux aux Royaume d’Arabie saoudite en particulier, le droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion, le droit de vote et la liberté de circulation

Nous exprimons notre grave préoccupation face à la répression acharnée exercée contre les défenseurs des droits de l’homme et les militants pacifiques depuis l’arrivée au pouvoir du prince héritier Mohammed ben Salmane.

malheureusement et au nom de la lutte contre le terrorisme et la sécurité nationale. les autorités continuent à réprimer ses activistes pacifiques qui œuvrant pour dénoncer et combattre les violations des droits humains, ils sont donc souvent victimes de disparitions forcées, d’arrestation et détention arbitraires et de torture et d’autres mauvais traitements durant la période d’incarcération sans oublier la privations de détenus d’accès aux soins médicaux essentiels et de contacts avec leurs familles.

De plus, les autorités saoudiennes continuent d’arrêter et de détenir des travailleurs étrangers et de les expulser vers des pays où ils risquent d’être torturés, traités cruellement et voir leurs droits violés.

Le Royaume d’Arabie saoudite reste soumis aux critiques internationales et au cours de l’actuelle session 29 États membres des Nations Unies se sont déclarés profondément préoccupés par la situation actuelle des droits de l’homme en Arabie saoudite, ce qui constitue une condamnation sans précédent à grande échelle du bilan de l’Arabie saoudite en matière de droits de l’homme.

Nous appelons au respect des droits de l’homme en Arabie saoudite, et la libération de tous les prisonniers d’opinion et mettre fin à la détention arbitraire d’activistes et de politiciens.                        Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top