Dans une déclaration conjointe devant le Conseil des Droits de l’Homme: GCRL condamne la série d’exécutions extrajudiciaires perpétrées par Israël contre des civils palestiniens.

IMG_1621.png

Le Conseil de Genève pour les droits et les libertés GCRL, a présenter une déclaration orale au conseil des droits de l’homme à Genève, lors de sa 43ème session, et dans le cadre du débat général sur le septième point relatif à la situation des droits de l’homme en Palestine et dans le reste des territoires arabes occupés .Dans la déclaration conjointe avec l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme et l’Institut international pour les droits et le développement à Genève, GCRL s’est déclaré préoccupé par une série d’exécutions extrajudiciaires perpétrées par l’armée et les forces de sécurité israéliennes contre des civils palestiniens.

La déclaration présenté par  la présidente du GCRL , Mme Lamia Fadla, a passé en revue la question de l’assassinat de deux jeunes Palestiniens handicapés, sous les coups de feu des forces israéliennes. L’affaire concerne le jeune homme, « Mustafa Yunus » (27 ans),un jeune souffrant de troubles psychiatriques, et a été abattu le 13 du mois dernier par des coups de feu après une dispute avec les forces de sécurité israéliennes à l’entrée d’un hôpital de la ville de « Tel Aviv ».

La déclaration a également relaté le cas du deuxième homme mort, Iyad Al-Hallaq, 32 ans, un jeune autiste qui a été tué le 25 du même mois, alors qu’il se rendait à son école à Jérusalem-Est. Iyad avait été pourchassé par des policiers israéliens, et malgré les cris de la conseillère scolaire pour informer les policiers qu’il était autiste et qu’il avait une carte d’invalidité, mais ils lui ont tiré une balle dans la jambe, ce qui a entraîné sa chute au sol, puis ont de nouveau tiré sur la victime neutralisé avec deux balles mortelles.

la déclaration conjointe a présenter également un message de « Rana Al-Hallaq », la mère de la victime, « Iyad », exprimant sa crainte que les autorités israéliennes ne rendent pas justice au cas de son fils unique qui a été brutalement assassiné sans culpabilité.

43ème Session du Conseil des Droits de l’Homme

Débat Général

Point7: la situation des droits de l’homme en Palestine et dans le reste des territoires arabes occupés

Merci madame,

L’Observateur euro-méditerranéen des droits de l’homme, IRDG et le Conseil de Geneve pour les droits et les Libertés, sont extrêmement préoccupée par la série de récentes exécutions extrajudiciaires contre des civils palestiniens perpétrées par l’armée et les forces de sécurité israéliennes.

Après avoir omis d’identifier et tenir pour responsables les auteurs de ces crimes, Israël n’a pas réussi à imposer des réglementations pour empêcher des incidents similaires à l’avenir, ou même entreprendre de sérieuses enquêtes transparentes

Le mois dernier seulement, deux Palestiniens handicapés ont été tués, Mustafa Younis, un jeune souffrant de troubles psychiatriques, a été abattu par des gardes du centre médical Sheba à Tel Aviv, entraînant ce qui aurait autrement été une mort évitable.   Deux semaines plus tard, la police des frontières à Jérusalem-Est a abattu Eyad Hallaq, un autiste de 32 ans, alors qu’il se rendait à son école. Les officiers l’ont poursuivi,  son conseillère scolaire, leur a informer qu’il était autiste et qu’il portait une carte d’invalidité, mais un policier lui a quand même tiré une balle dans la jambe, ensuite, il lui a tiré deux autres balles mortelles.

Rana la mère d’Eyad, craint que les autorités ne rendent pas justice à l’affaire de son fils unique. je vous transmet son message « 13 jours se sont écoulés et il n’y a aucun progrès dans l’enquête, on refuse de diffuser les images des dernières minutes avant sa mort, ce qui signifie une intention claire de dissimuler cette brutalité. n’oubliez pas que après mon fils, quiconque pourrait être la prochaine victime. »       Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top