Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, La « Génération Égalité» s’oppose au viol

IMG_5014.jpg

le 25 novembre, le monde célèbre la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. ONU Femmes a choisi l’édition 2019 sous le thème Orangez le monde: la “Génération Égalité, s’oppose au viol.

Cette année, l’accent est mis sur la violence sexuelle, le viol et d’autres formes de violence liée à la circoncision et au mariage précoce. Le programme des Nations Unies prévoit le lancement de 16 jours de lutte et d’action contre la violence à l’égard des femmes et les 16 jours d’activisme se termineront le 10 décembre prochain, date de la Journée internationale des droits de l’homme

Le Conseil de Genève pour les droits et les libertés adhère à cette campagne internationale, convaincu de l’importance de s’associer à tous les efforts pour contribuer à l’élimination de toutes les formes de violence à l’égard des femmes dans toutes les sociétés sans exception.Il encourage également une position ferme et unifiée contre le viol que beaucoup de femmes du monde entier sont exposées en temps de paix ou de guerre

 Le Conseil appelle également à la promotion des droits des femmes et de l’égalité des chances dans divers domaines, notamment professionnels.

La violence sexuelle à l’égard des femmes est l’une des violations des droits humains les plus répandues mais

Mais il reste parmi les plus gros tabous de nos communautés, ,La plupart des cas ne sont toujours pas signalés en raison du silence de la victime, par peur du scandale et aussi à cause de l’absence de sanction à l’égard des auteurs de ces violations due à la fragilité du système judiciaire et l’absence de lois dissuasives.

Les activistes ont choisi le 25 novembre comme Journée internationale de lutte contre la violence à l’égard des femmes depuis 1981. Cette date a été spécifiquement choisie en en hommage aux trois sœurs Mirabal, militantes politiques de la République Dominicaine, suite à leur assassinat brutal de 1960 par le gouverneur dominicain Rafael Trujillo (1930-1961).Le 20 décembre 1993, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution 48/104, dans laquelle elle a adopté la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Dans ce contexte, l’Assemblée générale des Nations Unies a désigné le 25 novembre 1999, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales ont été invités à organiser des manifestations pour faire connaître le problème, ouvrant la voie à l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles dans le monde.

La violence à l’égard des femmes s’entend comme englobant, sans y être limitée, les formes de violences physiques, sexuelles et psychologiques, telles que:

•la violence d’un partenaire intime (coups, violences psychologiques, viol conjugal, féminicide);

•la violence sexuelle et le harcèlement (viol, actes sexuels forcés, avances sexuelles non désirées, abus sexuels sur enfants, mariage forcé, harcèlement dans la rue, harcèlement criminel, cyber-harcèlement);

•le trafic d’êtres humains (esclavage, exploitation sexuelle);

•la mutilation génitale féminine;

•le mariage précoce.

« La violence sexuelle contre les femmes et les filles prend ses racines dans des siècles de domination masculine. N’oublions pas que, fondamentalement, les inégalités entre les genres qui sous-tendent la culture du viol sont un déséquilibre des pouvoirs. » — António Guterres, Secrétaire général de l’ONU

Des chiffres alarmants

•1 femme sur 3 dans le monde a subi des violences physiques et/ou sexuelles à un moment donné dans sa vie, le plus souvent de la part d’un partenaire intime.

•Seulement 52% des femmes mariées ou en union prennent librement leurs propres décisions concernant les relations sexuelles, l’utilisation de contraceptifs et les soins de santé.

•Près de 750 millions de femmes et de filles dans le monde étaient mariées avant leur 18e anniversaire. Plus de 200 millions de femmes et de filles ont subi une mutilation génitale féminine

•1 femme sur 2 tuée dans le monde a été assassinée par son partenaire ou sa famille en 2017, tandis que seulement 1 homme sur 20 a été tué dans des circonstances similaires.

•71 % de toutes les victimes de la traite des êtres humains dans le monde sont des femmes et des filles, trois quarts d’entre elles sont exploitées sexuellement.

https://www.un.org/fr/events/endviolenceday/

https://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/ViolenceAgainstWomen.aspx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top