SOUDAN: Les arrestations arbitraires doivent être interrompues au cours des manifestations populaire

1-1018280.jpg

GENÈVE – Le Conseil de Geneve des droits et des libertés a appelé les autorités soudanaises à mettre un terme aux répressions arbitraires au cours des manifestations populaires se déroulant plusieurs semaines dans le pays contre le régime du président Omar al-Bashir.
Le CGDL a déclaré avoir reçu des informations et des déclarations selon lesquelles la militante des droits de l’homme soudanaise Manal Al-Awal aurait été arrêtée chez elle en raison de ses activités au sein de divers mouvements sociaux et qu’elle était membre fondateur du groupe « la nouvelle femme soudanaise ».

et il a rappelé que depuis le début des manifestations populaires au Soudan, des centaines de militants et de défenseurs des droits de l’homme ont été arrêtés et arbitrairement détenus, dont au moins 100 militantes, plus de 35 d’entre elles sont toujours en détention.

Il est à souligner que la militante des droits de l’homme Anzaf Moussa a également été tué lors d’une manifestation à Gedaref, dans l’est du Soudan, le 20 décembre, ainsi que Maryam Mohammed Abdullah, abattue lors de sa participation à la manifestation pacifique d’Atbara trois jours plus tard.
Le CGDL a souligné que les arrestations arbitraires et la répression des participants aux manifestations populaires au Soudan sont injustifiées et doivent cesser immédiatement en raison de violations flagrantes des libertés publiques et du droit de réunion pacifique.
Il a déploré le fait que les autorités soudanaises aient eu recours à des arrestations arbitraires et à des actes de torture, en plus de la restriction fréquente de l’accès aux sites de réseaux sociaux sur Internet pour tenter de restreindre l’organisation de manifestations dans le pays.
Le Conseil de Geneve des droits et des libertés a appelé à la libération immédiate de tous les défenseurs des droits de l’homme détenus dans diverses prisons soudanaises ce qui constitue une violation de la Déclaration universelle des droits de l’homme et du droit de réunion pacifique garanti par le droit international

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top