Yémen: Un militant des droits humains arrêté arbitrairement

52599378_1989994501297131_7615099937772011520_n.jpg

GENEVE – Le Conseil de Genève de la justice et des droits a condamné aujourd’hui la poursuite de la détention arbitraire de militants des droits de l’homme qui travaillaient pour l’organisation de secours internationale «Saveworld», il y a plus de deux semaines, par Ansar Allah Ao, le groupe dit «houthi». Le Conseil a mis en garde contre les répercussions de cet incident sur l’action humanitaire au Yémen, qui vit la plus grave crise humanitaire au monde.

Le Conseil de Genève a déclaré dans un communiqué que le maintien en détention du directeur par intérim du Yémen pour Saveworld Oufi Al-Na’ami et du directeur du programme, Hassan Al-Qutari, représentait un comportement injustifié et une violation manifeste des droits de l’homme et des libertés publiques.

Le Conseil de Genève estime que l’arrestation arbitraire d’al-Na’ami et d’Al-Qutari fait partie de la politique d’oppression et de persécution des «houthis» contre les défenseurs des droits de l’homme.
L’arrestation d’al-Na’ami et d’Al-Qutari a coïncidé avec la fermeture du groupe Ansar Allah au siège de l’organisation de secours internationale Saveworld, à Sanaa, la capitale yéménite, après qu’elle ait pris d’assaut son contenu et arrêté deux de ses membres fonctionnaires.

Le Conseil de Genève confirme qu’une telle mesure a des répercussions négatives sur les activités de secours au Yémen à la lumière des souffrances qu’a connu le Yémen de la pire crise humanitaire dans le monde survenue lors du déclenchement de la guerre en 2015, qui a entraîné la mort de milliers de civils, alors que 80% de la population a besoin d’une assistance médicale et de secours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top