Syrie: conditions humanitaires difficiles dans les camps de déplacés par temps froid et manque de soins

c6517427-25b6-4566-92b9-dddb3f14fdcd-1.jpg

GENÈVE – Le Conseil de Genève des droits et de la justice a exprimé aujourd’hui sa profonde préoccupation devant la situation humanitaire difficile et grave des réfugiés syriens dans les camps de réfugiés, du fait du froid intense et du manque de soins de santé.

Le Conseil de Genève, une organisation internationale de défense des droits de l’homme, a déclaré dans un communiqué de presse que la mort de 15 enfants déplacés, pour la plupart des enfants dans les camps de réfugiés syriens, appelait à une action internationale pour apporter des secours à la vie.
Le nombre d’enfants, dont 13 n’ayant pas finis leur première année de vie sont morts dans le camp situé au sud-est de la Syrie, près de la frontière jordanienne. Ce camp souffre d’une grave pénurie d’aide humanitaire, et d’autres sont morts au cours du trajet difficile qui a suivi le déplacement de la Syrie orientale.

Le Conseil de Genève a déclaré que les températures glaciales et les dures conditions de vie dans le camp d’al-Rikban mettaient la vie des enfants en danger, de telle sorte qu’en huit mois à peine, au moins huit enfants sont morts, la plupart âgés de moins de quatre mois, le plus jeune n’ayant qu’une heure de vie seulement.
Il a souligné que le camp compte environ 50 000 personnes déplacées souffrant de conditions humanitaires difficiles, en particulier depuis 2016 après la fermeture de la frontière jordanienne avec la Syrie, déclarant qu’il s’agissait d’une zone militaire et que l’assistance humanitaire nécessitait parfois plusieurs mois pour pénétrer dans le camp.

Il a également souligné les difficultés rencontrées par les personnes déplacées dans le gouvernorat de Deir al-Zour, qui avaient des difficultés à attendre pendant des jours, sans abri ni même de fournitures de première nécessité, ce qui avait entraîné la mort de sept enfants, la plupart âgés de moins d’un an.
Le Conseil des droits et de la justice à Genève a souligné qu’une telle réalité ne peut être acceptée au XXIe siècle sur le plan international et nécessite une action au plus haut niveau international pour mettre un terme aux pertes de vies humaines d’une manière aussi tragique.

Il a averti qu’en l’absence de soins de santé et de protection, de plus en plus d’enfants mourraient jour après jour à Ar-Rabban, Deir Al-Zour et dans d’autres régions de Syrie, appelant à des efforts internationaux concertés pour aider et porter secours aux personnes déplacées de Syrie et à éviter de graves conséquences s’ils ne recevaient pas d’aide pour les protéger des conditions météorologiques difficiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top