Le Conseil Genevois des Droits de l’Homme et de la Justice appelle les Émirats Arabes Unis à révéler le sort d’un détenu et à libérer un autre gréviste de la faim

201801070656465646-2.jpg

الأكاديمي ناصر بن غيث

 

 

GENEVE – Le Conseil des Droits de l’Homme et de la Justice, basé à Genève, a appelé lundi les autorités émiraties à révéler le sort d’un détenu après des informations faisant état de sa mort sous la torture, tout en répondant aux exigences d’un prisonnier d’opinion en grève de la faim depuis plus de deux mois.

Le Conseil de Genève, une organisation internationale de défense des droits de l’Homme, a déclaré dans un communiqué de presse qu’il était préoccupé par la fréquence de rapports identiques sur la mort d’un ressortissant émirati nommé Salem Musa Khamis des suites de torture et négligence médicale, il était membre des services de sécurité des Émirats et accusé d’espionnage par Abou Dhabi.

Khamis a été condamné il y a six ans par la Cour suprême fédérale à Abou Dhabi à sept ans de prison, qui devait prendre fin au début de 2020, pour avoir communiqué avec un pays étranger et avoir fourni des informations préjudiciables à la sécurité nationale, aux installations de l’État et aux relations avec les pays amis.

Les autorités n’ont fait aucun commentaire sur le sort du détenu, et sa famille n’a reçu aucune information officielle sur son état, à la lumière des informations répétées faisant état de son décès.

Dans ce cadre le Conseil des droits de l’Homme et de la justice de Genève, a mis en garde contre les risques de détérioration de santé dans l’affaire des Émirats arabes unis, Nasser bin Ghaith, en grève de la faim depuis plus de deux mois.

Ben Ghaith affirme qu’il a été maltraité à l’intérieur de la prison, soumis à un traitement médical délibéré et soumis à des restrictions arbitraires, du fait de réclamer sa liberté et de mettre fin à sa détention arbitraire.

Le Conseil de Genève a appris que Ben Ghaith souffrait d’une détérioration rapide de son état de santé et qu’il ne pouvait plus voir clairement et marcher sans aide. L’administration de la fameuse prison où il était détenu, ( Prison de Résine )  continuait de le maltraiter et de le négliger médicalement.

Ben Ghaith est l’un des principaux économistes arabes et a été conférencier à la succursale de la Sorbonne à Abou Dhabi.

Le 29 mars 2017, la Cour d’appel fédérale d’Abou Dhabi a condamné Ben Ghaith à 10 ans de prison pour avoir tweeté sur les violations des droits de l’Homme en Égypte.

Nasser bin Ghaith est un conférencier et militant réformiste qui a été arrêté deux fois par les autorités émiraties pour ses activités en ligne. Il a été arrêté pour la première fois en avril 2011 avec quatre autres militants et accusé d’avoir insulté publiquement des responsables qui dirigeaient un forum en ligne.

Le Conseil de Genève des droits de l’Homme et la justice a de nouveau appelé les autorités émiraties à respecter les obligations qui leur incombent en vertu des conventions et pactes internationaux pour mettre fin aux violations de la détention arbitraire et à la torture à l’encontre de détenus dans leurs prisons, en violation des instruments internationaux relatifs aux droits de l’Homme.

Le Conseil de Genève des droits de l’Homme a souligné que le maintien en détention d’acteurs d’opinion, de blogueurs, de journalistes et de dissidents constituait une violation flagrante de l’adoption par les EAU du slogan de tolérance et de sa promotion universelle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top