Conseil de Genève sur les Droits de L’homme et la Justice: L’escalade des disparitions forcées en Arabie Saoudite requiert une intervention internationale immédiate

580.jpg

 

GENÈVE – L’escalade des disparitions forcées en Arabie Saoudite pour les expatriés et les résidents nécessite une intervention internationale immédiate, a été déclaré lundi à Genève.

Le Conseil de Genève des Droits de l’Homme et de la Justice, a souligné dans un communiqué de presse que l’Arabie saoudite était devenue un pays répressif témoin de violations généralisées des droits de l’Homme, notamment de disparitions forcées, de détentions illégales et de torture, en violation du droit international humanitaire.

Le Conseil de Genève a évoqué le cas de l’écrivain et militant yéménite Marwan al-Muraisi, arrêté par les forces de sécurité saoudiennes en juin dernier et qui avait disparu de force. Sa famille n’a pas été informée des faits qui lui étaient reprochés.

Al-Marisi faisait partie d’une série d’arrestations impliquant des dizaines d’universitaires, d’écrivains, de journalistes et de défenseurs des droits humains en Arabie saoudite, notamment d’importants activistes des droits des femmes depuis le mois de mai.

Selon le Conseil genevois des droits de l’Homme, les arrestations visaient des défenseurs des droits de l’Homme qui réclamaient que les femmes soient autorisées à diriger et à vivre librement du système de tutelle, ainsi que des détenues exigeant l’arrêt des violations des droits humains et la réforme du régime au pouvoir dans le royaume.

Dans le même contexte, le Conseil de Genève a averti que les autorités saoudiennes avaient maintenu en détention trois ressortissants qataris depuis le déclenchement de la crise du Golfe et l’imposition du blocus au Qatar en juin 2017.

Les deux ressortissants qataris ont été identifiés comme étant Nawaf Talal al-Rasheed, arrêtés au Koweït et remis aux autorités saoudiennes, et Mohsen al-Karbi, arrêtés au Yémen dans la province d’Al-Mahra par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite. Alors que le troisième est en procès après son arrestation au Ramadan l’année dernière, lors de son voyage pour exécuter le pèlerinage, il n’a pas révélé l’identité des autorités saoudiennes.

Le Conseil de Genève des Droits de l’Homme et la Justice a condamné la présence de résidents du Royaume et d’expatriés de différentes nationalités, notamment du Yémen et du Qatar, à des mesures illégales, notamment des disparitions forcées sans révéler le lieu de leur détention ni permettre à leur famille de communiquer avec eux et de connaître leur sort.

Le Conseil de Genève a demandé qu’une mission du Comité des Nations Unies sur la détention arbitraire et les disparitions forcées soit envoyée en Arabie saoudite afin de comprendre les raisons fondamentales de la privation arbitraire de liberté et de la disparition forcée de Yéménites et de Qataris et de les inciter à cesser leurs violations des droits de l’Homme, qui violent toutes les conventions et lois internationales.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top