Yémen. L’arrestation du père d’un journaliste par Les Houthis, en représailles, est une violation flagrante des droits de l’homme

0623a1ec-7bae-4a1f-9aaa-fb2306990b6d.jpg

Genève – Le Conseil de Geneve pour les droits et les libertés a condamné aujourd’hui l’arrestation par le groupe Ansar Allah au Yémen du père d’un journaliste et d’un de ses proches, arbitrairement et sans aucune base légale, en violation flagrante du droit international et Les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme .
Dans sa déclaration, le Conseil de Genève a appelé Ansar Allah à libérer immédiatement le père du journaliste Samir al-Nimri et à mettre fin aux violations illégales commises à son encontre, soulignant que le détenu dans le gouvernorat d’Al-Mahweet avait 60 ans et que sa maladie et son âge n’ont pas été pris en compte. Il est actuellement placé en prison sans inculpation ni crime.
Al-Nimri a déclaré dans un témoignage sur Twitter que son père « travaillait dans la mosquée du village et s’occupait des prières. Un inconnu a effacé le slogan des Houthis (Ansar allah) apposé sur le mur intérieur de la mosquée. Les Houthis sont venus ensuite pour l’ arrêté « .
Le Conseil de Genève a affirmé que les parties au conflit au Yémen étaient impliquées dans des violations telles que des disparitions forcées et des arrestations arbitraires, les organisations de défense des droits de l’homme yéménites documentent depuis des années des centaines de cas de disparition et d’arrestations.

Le Conseil de Geneve a noté que le droit international des droits de l’homme interdisait les détentions arbitraires, qui sont généralement motivées par des représailles sans fondement juridique, aboutissant à une disparition forcée, au risque de subir des actes de torture et des mauvais traitements.
Le Conseil de Genève a souligné qu’il incombait à la communauté internationale de redoubler d’efforts afin de mettre un terme à la réalité des violations des droits de l’homme au Yémen et de veiller à ce que les parties au conflit respectent les obligations des Nations Unies, notamment l’interdiction de la torture et de la détention arbitraire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top