Écarter al-Qahtani des enquêtes est une autre confirmation du manque de sérieux de l’Arabie saoudite quant à la responsabilisation des auteurs du meurtre de Khashoggi

large-42083370736891.jpg

Genève – Le Conseil de Genève pour les droits et les libertés regrette le peu de sérieux des enquêtes menées par les autorités saoudiennes sur le meurtre du célèbre journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat de son pays en octobre 2018.

Le Conseil de Genève met en garde contre la mise en œuvre d’une politique saoudienne visant à couvrir les responsables dans l’affaire du meurtre de Khashoggi et à protéger les coupables de toute responsabilité judiciaire, même s’il s’agit d’une exécution extrajudiciaire.

Le Conseil de Genève a pris connaissance d’informations selon lesquelles le conseiller à la cour royale, Saud al-Qahtani, qui aurait été démis de ses fonctions en raison du meurtre de Khashoggi, ne figurait pas parmi les onze suspects poursuivis en secret à Riyad, malgré la promesse de l’Arabie saoudite de tenir les coupables responsables.

Le procureur général saoudien a inculpé onze suspects non identifiés en novembre dernier et demandé que cinq d’entre eux soient condamnés à mort pour avoir ordonné et perpétré le crime. Des sources proches du procès en cours ont déclaré, selon l’agence de presse Reuters, que Al-Qahtani n’était pas en procès et n’est apparu à aucune des quatre sessions tenues depuis janvier.

Jamal Khashoggi, chroniqueur pour le Middle East et le Washington Post et adversaire bien connu du régime saoudien, a disparu le 2 octobre 2018 après être entré au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, ce qui a suscité de nombreuses critiques internationales.

Après avoir modifié à plusieurs reprises sa version sur la disparition de Khashoggi, le gouvernement saoudien a finalement reconnu le 19 octobre 2018 qu’il avait été tué à l’intérieur du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

Il y a quelques jours, l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a lancé un mandat d’arrêt contre vingt suspects présumés impliqués dans l’assassinat de Khashoggi, dont al-Qahtani, à la demande du gouvernement turc.

Le Conseil de Genève craint que les procédures judiciaires en Arabie saoudite à propos du dossier Khashoggi ne soient encore que purement formelles et qu’elles n’incluent ni l’arrestation ni le procès de hauts responsables accusés d’implication dans le crime, y compris al-Qahtani ainsi que le chef adjoint des services de renseignements Ahmed al-Asiri.

Le Conseil de Genève estime que la réticence saoudienne est une extension de la politique de Riyad consistant à réprimer et persécuter les opposants et à poursuivre en justice les défenseurs des droits de l’homme, ainsi que les journalistes et blogueurs en les intimidant, leur faisant subir des arrestations arbitraires, et même en les exposant à des disparitions illégales et forcées.

Le Conseil de Genève pour les droits et les libertés réitère son appel en faveur d’une enquête internationale indépendante et efficace sur les circonstances du meurtre de Khashoggi et d’une poursuite juridique de tous les responsables, y compris ceux qui ont donné l’ordre de l’exécution et ont planifié le crime.

Le Conseil de Genève a également appelé à un rôle efficace des Nations Unies, en particulier la Rapporteure spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, afin de mettre en lumière les circonstances de l’assassinat de Khashoggi et veiller à ce que tous les responsables soient traduits en justice.

Par ailleurs, le Conseil international des droits de l’homme encourage une intervention internationale sérieuse et efficace dans l’objectif de contraindre les autorités saoudiennes à modifier leur comportement et à mettre fin à la répression des libertés publiques dans le Royaume, notamment en libérant immédiatement les opposants, les activistes, les journalistes et les prédicateurs arrêtés pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions et défendu les droits de l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top